11jui
Prévenir le mal des montagnes : trucs et astuces

Nous sommes de plus en plus nombreux à partir très loin et aussi parfois très haut ! Que vous fassiez de l’escalade ou que vous visitiez des sites archéologiques en montagne, le mal des montagnes peut vous attendre au tournant ! Nos trucs et astuces pour prévenir le mal des hauteurs viennent donc à point nommé !
Comment éviter le mal des montagnes?

Qu’est-ce que le mal des montagnes ?

Le mal des montagnes est causé par une raréfaction de l’oxygène dans le sang. Lorsqu’on monte en altitude, la pression atmosphérique diminue fortement. L’air que vous respirez en haute altitude contient donc moins d’oxygène. Cela affecte l’équilibre entre dioxyde de carbone et oxygène. Résultat : le mal des montagnes.

Quels sont les symptômes du mal des montagnes ?

Eviter le mal des montagnes
Le mal des montagnes peut se manifester chez les personnes sensibles dès 2500 mètres d’altitude. La plupart des gens se plaignent à partir de 3500 mètres. Les symptômes bénins du mal des montagnes sont entre autres des céphalées (maux de tête), vertiges, nausées, insomnies, picotements dans les doigts. Si vous ressentez ces symptômes, ne grimpez pas plus haut, mais restez quelques jours à la même altitude pour que votre corps puisse s’adapter. Cela permet aux globules rouges de mieux transporter l’oxygène.

Les symptômes plus sérieux du mal des montagnes sont les maux de têtes violents, la difficulté à respirer, le manque de coordination, un comportement apathique, des lèvres bleues et même la perte de de conscience. Un grave mal des montagnes peut causer la mort, la seule option, dans le cas de tels symptômes, est donc de descendre immédiatement.

Prévenir le mal des montagnes : règles de prévention

Le meilleur moyen pour ne pas souffrir du mal des hauteurs est de grimper le plus lentement possible. Ainsi, vous permettez à votre corps de s’adapter. Si vous partez voir l’Himalaya ou montez  vers les sommets en Amérique du Sud, vous atterrirez souvent à haute altitude. Dans ce cas, le risque de souffrir du mal des montagnes est accru. Certains domaines skiables sont eux aussi situés au-dessus de 2500 mètres. Dans ce cas également, le risque de mal des montagnes est réel.

Si vous avez plus de 55 ans ou souffrez d’une maladie cardiaque ou pulmonaire,  il est conseillé de prendre un avis médical en prévision d’un voyage en haute altitude. Dans tous les cas, il est important de bouger calmement afin que le corps puisse s’habituer. Mieux vaut rester trois jours sur son lieu d’arrivée en haute altitude, avant de continuer son périple. Les femmes enceintes doivent quant à elles éviter les hautes altitudes.

Conseils pour voyageurs en haute altitude

Vous trouvez-vous à plus de 3000 mètres d’altitude ? Il est conseillé de ne pas grimper plus de 300 mètres par jour et de rester deux jours et deux nuits à la même altitude. En donnant l’occasion à votre organisme de s’adapter, vous diminuez les risques de mal des montagnes sévère. Ne grimpez jamais plus haut lorsque des symptômes se manifestent. Il est également recommandé de boire beaucoup d’eau.

Mal des montagnes ? Protégez-vous avec une assurance voyage

Que vous alliez escalader l’Himalaya ou que vous visitiez les sites archéologiques des Andes, le risque de souffrir du mal des montagnes existe. Contracter une assurance voyage est tout sauf un luxe superflu si vous comptez grimper en haute montagne. Si vous deviez souffrir d’un grave mal des montagnes et étiez amené à consulter un médecin ou même à être hospitalisé, votre assurance prendrait en charge les frais. Découvrez les différentes assurances de voyage pour voyageur individuel ou pour les familles, ou les formules annuelles et partez tranquille en montagne

 

0

Click here to submit your review.